Soirée-Débat dans le cadre de Sème Ta Résistance

Mis en avant

📆 Le mardi 5, 18h30 à Pépieux, nous organisons une soirée ouverte à tous :

🌳 « L’agriculture face au changement climatique : quelle place pour l’arbre ? »

👨‍🌾 Les invités à la table ronde seront nombreux (Chemin Cueillant, la Chambre d’agriculture, le département de l’Aude, Arbres et Paysages 11, la Confédération Paysanne…).

💬 Tous tenteront d’apporter leur éclairage et leur vision sur la façon dont les arbres, qu’ils soient fruitiers ou compagnon des autres cultures, peuvent être un rempart face au changement climatique. Le choix des espèces, des variétés, et des modes de multiplication et de culture, occupera également une place
centrale dans les réflexions.

🌍 Cette table ronde s’inscrit dans le cadre des Rencontres internationales du Réseau Semences Paysannes, pour lesquelles nous accueillons en Minervois 15 paysans venant des 4 coins du monde, pour échanger avec nous sur nos pratiques réciproques.

affiche soirée débat OK

Programme de la Fête Paysanne d’Automne 2019

Mis en avant

Bonjour à tous,

Voici notre excellente programmation 2019 !
Conférence dégustée, marché paysan, causeries et conférence-débat, baléti et fanfares seront au rendez-vous. Et plein d’autres surprises !

Si vous voulez être bénévole, n’hésitez pas à vous inscrire via ce lien :
https://docs.google.com/document/d/1_TvOxh2q38jGFsWgS3y6KUL5fluVXSWRTetMiYefMC0/edit?usp=sharing

chemin.cueillant@gmail.com
​07 66 36 26 00
Et on vous dit au 4 et 5 octobre.
Le collectif d’organisation de la fête paysanne d’Automne.

La greffe sur œil dormant pour l’amandier.

Mis en avant

Nous nous sommes retrouvés mardi 20 août 2019, chez le Docteur Joly, un passionné d’amandiers, possédant une collection d’une quarantaine de variétés.

C’est chez lui, sur la commune de Félines-Minervois (34) qu’il nous a partagé lors d’une après-midi ensoleillée sa passion et son savoir-faire a propos de la greffe dite « sur œil dormant ». C’est une greffe en écusson, ainsi nommée car elle est réalisée au mois d’août au début de l' »aoûtement » ; c’est à dire au moment où l’arbre commence à se lignifier et à préparer l’entrée dans l’hiver. Les bourgeons sont alors « endormis » mais la sève est toujours en circulation dans l’arbre.

Les 7 étapes de la greffe sur oeil dormant : 

1/ Préparation du greffon

Un greffon est un fragment d’une plante que l’on va greffer à une autre plante. Ici, un rameau d’amandier d’un an d’âge. Sur la branche, on coupe les feuilles mais on garde les pétioles.

2/ Préparation du porte-greffe

Le porte-greffe doit avoir été arrosé pendant 5 à 8 jours avant la greffe, afin de maintenir une circulation de sève. Choisir une partie lisse sur la branche à greffer. Celle-ci doit avoir un an d’âge (le bois est vert) mais il faut que l’aoûtement (lignification de l’arbre) ait commencé (à la base de la branche il y a durcissement et apparition de tâches brunes).

3/ Faire une entaille en « T »

Faire une première incision horizontale, puis verticale sur la branche du porte-greffe (Cf. photo). Écarter ensuite légèrement les deux « languettes ».  Le fait que l’arbre ait été arrosé et que le bois soit encore un peu vert facilite beaucoup cette étape.

4/ Prélever un écusson

Sur le greffon, entailler de manière horizontale entre 1.5 et 2 centimètres en dessous du bourgeon. Puis du haut du bourgeon redescendre avec le couteau (ou greffoir) un peu en biais jusqu’à l’entaille. L’écusson est ainsi bien découpé autour du bourgeon. (Cf. photos)

5/ Glisser l’écusson

Introduire dans la fente en T le bourgeon. Au niveau de la barre du T découper le bout de l’écusson qui ressort. (Cf photo) Attention ! Il faut insérer l’écusson dans le bon sens !

6/ Fixer l’écusson

Enserrer l’écusson avec un lien (Cf. photo)

Il existe 3 types de liens possibles : le plastique (non naturel et est difficile à mettre), le raphia (à l’avantage d’être naturel mais il faut penser à l’enlever 3 semaines-1 mois après car le bois en poussant pourrait être « étranglé » par le nœud) et le caoutchouc (non naturel, facile à mettre et s’enlève « saute » tout seul).

Si dans les 4 à 7 jours le pétiole tombe tout seul, c’est que la greffe a bien pris, si le pétiole noircit c’est que c’est raté !

7/ Créer un tire-sève sur la branche

Couper les ramifications de la branche greffée en en laissant 2-3, afin d’inciter la sève à passer dans la branche et favoriser la greffe.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Greffer la Vigne

Mis en avant

C’était il y a quelques mois déjà, nous nous retrouvions pour une nouvelle formation accompagnée encore une fois par Marceau, arboriculteur et connaisseur de la vigne.

L’objectif de cette formation était d’apprendre les techniques de greffage, surgreffage et re-greffage de la vigne. Le fait d’acquérir ces techniques permet aux vignerons de produire eux-mêmes leur diversité végétale, tout en choisissant leur mode de greffe. Cela permet aussi d’être autonome sur le choix des greffons : plutôt que de se fournir chez le pépiniériste qui aura tendance à greffer un seul et même individu sur plusieurs milliers de porte-greffe, greffer soi-même nous laisse le choix des individus que l’on veut clôner. On obtiendra donc un « massal », c’est à dire une parcelle faite d’un mélange d’individus et ayant donc des caractères génétiques différents.

De plus, savoir greffer permet de conserver et de « recycler » les plans morts d’apoplexie ou de maladie, par la réutilisation du porte-greffe : c’est ce que l’on appelle le re-greffage. Cela permet donc de limiter les pertes et d’avoir à racheter systématiquement de nouveaux pieds.

Marceau nous a initié aux différents types de greffe : la greffe anglaise, le t-bud, le ship-bud, en fente, etc.. Mais en réalité il en existerai plusieurs dizaines.

Peu de littérature a été écrite sur le sujet de la greffe, mais vous pouvez allez consulter sur le site de la BNF le bouquin « l’Art de greffer ».
Le CR de cette formation est disponible pour les membres de l’association.

Et si l’apprentissage de cette technique vous intéresse, n’hésitez pas à nous le faire savoir. On devrait en réorganiser une l’année prochaine !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Tailler la vigne tout en douceur

Mis en avant

Voici quelques images de la dernière formation faite à Chemin Cueillant, sur la taille douce de la vigne. Elle nous a été donnée par Marceau Bourdarias, qui est venu jusqu’à nous depuis la Corrèze !

Il nous a éveillé à plusieurs choses : savons-nous observer le trajet des flux de sèves ? En quoi les connaitre pourrait améliorer notre pratique pour moins impacter la vigne ?  Il y a t’il un lien entre l’esca et le fait de tailler les bras ? Et d’ailleurs, est-ce vraiment l’esca la cause de tous nos soucis ? ou est-il juste le symptôme d’un déséquilibre plus général ?  Et encore plein d’autres questions auxquelles on avait peut être pas ou peu songé !

On a apprit plein de choses, pas de « recettes magiques » mais plutôt de nouvelles connaissances nous permettant de trouver nous même notre propre chemin… en fonction du but que l’on veut atteindre. Et on est reparti avec une liste de bonnes résolutions … pas forcément faciles à prendre du jour au lendemain !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon courage à tous pour mettre en pratique ces nouvelles connaissances, et n’hésitez pas à partager ce que vous observez de nouveau dans vos champs, ici sur notre site !

Quant à nous, on remet çà le mois prochain (6 et 7 février) toujours avec Marceau, à Tourouzelle, sur les parcelles de Denis… pour une deuxième session de la même formation… mais il n’y a déjà plus de places…

Si vous voulez suivre nos formations, nous mettrons bientôt le programme en ligne des prochaines que l’on organise, et n’hésitez pas aussi à vous référer à notre page Facebook, ou tout simplement à nous contacter par téléphone (06 52 36 42 85).

A bientôt !

Les engrais verts « au banc d’essai »

Tandis que le froid de l’hiver tarde à venir, les engrais verts lèvent tranquillement dans les rangs de vignes. C’est reparti pour de nouveaux essais d’outils, de méthode, de mélanges et pour de nouvelles observations : pourquoi ça n’a pas si bien levé ? Était-ce le bon moment pour semer ? Les fourmis et les sangliers sont passés par là… Bon et du coup, on se rappelle aussi les essais de l’année dernière et les outils que l’on avait alors utilisés, avant de tirer de nouvelles conclusions sur cette année :

C’était, la Fête paysanne d’Automne

Le 17 et 18 octobre a eu lieu la Fête paysanne d’Automne pour fêter le début de l’automne, les vendanges, les récoltes… et surtout partager nos savoir-faire paysans, notre façon de consommer et de cultiver.

Merci à tous pour vos sourires, votre bonne humeur, votre participation et on vous dit surement à l’année prochaine ! Merci aussi à ceux qui nous ont transmis ces belles photos en souvenir de ces journées.

https://fetepaysannedautomne.wordpress.com/